L’escola

Patrimoine

Bellreguard a eu le privilège d’être l’un des premiers villages de La Safor à avoir une école. Déjà en 1822-1823 apparaît la documentation de celle qui fut sûrement la première “école” de Bellreguard, située au deuxième étage de l’hôtel de ville (jusqu’en 1902) puis dans certaines maisons du village louées par la mairie (jusqu’en 1926). A cette époque, les mairies étaient en charge de l’éducation dans les villages: la rémunération des professeurs et la dotation des écoles retombaient sur le budget municipal.

Le premier bâtiment scolaire lui-même est arrivé avec la croissance urbaine du village, ce qui a permis de trouver un espace pour le construire. En novembre 1925, avec Carles Marco Català à la tête de la mairie, il a été convenu d’initier la construction de la nouvelle école. Quelques mois plus tard, le 23 janvier 1926, avec Dionís Borràs Morant en tant que maire, la construction de l’école fut acceptée en urgence sous la supervision et la direction de l’architecte Joaquim Aracil.

Rapidement, le 26 janvier 1926, la quantité de 1500 pesetas fut payée à l’architecte comme honoraires pour la réalisation du projet. Pour la somme de 8 000 pesetas, deux fanecadas de terre furent achetées le 8 février 1926 (une fanecada est une mesure de superficie agraire = 831,09 m2) à Gabriel Borràs Morant et à Dionís Garcia Borràs; et le 15 février, une semaine plus tard, la construction du bâtiment commença. Le certificat final des travaux fut délivré le 22 septembre et le jour de Saint-Michel 1926 l’école fut inaugurée, avec Madame Genoveva Cardona Millet à la tête en tant que première directrice de la nouvelle école de Bellreguard. On souligna positivement le fait que la direction était dans les mains d’une femme. À Noël 1927 une clôture et un grillage furent établis autour l’école, ils y demeurent encore aujourd’hui.

Le total de la construction de l’école, y compris les frais du projet, la direction des travaux et le terrain, eut un coût de 41 448,68 pesetas. Dans le procés-verbal de la séance plénière du 21 juillet 1931, nous constatons sur le budget municipal que le nouveau bâtiment scolaire, pour lequel une subvention importante avait été reçue, était déjà presque entièrement payé. Le document rapporte: “M. le maire a déclaré: Cela étant dit, le budget municipal ordinaire de l’année en cours contient déjà la 6ème et la dernière annuité avec les intérêts du prêt municipal octroyé pour la construction d’écoles, ainsi que la deuxième annuité avec les intérêts du prêt pour le remplissage du Basot (ou Clot de l’Era), il reste à payer onze mille pesetas, c’est à dire, les 3ème et 4ème annuités de cette dernière opération de crédit; qui, déduites des 35.532 pesetas reçues par la subvention des écoles nationales, en résulte un excédent de 24.532 pesetas”.

En 1936, il a été accordé au conseil municipal une subvention de l’Etat de 60 000 pesetas pour agrandir les écoles avec quatre sections (deux pour chaque sexe) et un local pour une bibliothèque.

Dans l’histoire de l’école, on souligne, au cours de la période de la II République, l’avancée déterminée du processus d’alphabétisation de la population, grâce à l’effort et à l’accent mis par les gouvernements d’alors dans le domaine de l’éducation. Vers les années 60, au contraire, la dégradation du système éducatif public et la volonté de nombreuses familles d’assurer un meilleur avenir à leurs filles et fils, ont fait que beaucoup d’enfants du village partirent dans des écoles privées à Gandia. Ce processus a commencé à s’inverser progressivement vers la fin du 20ème siècle.

Tags: Escola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *